L’ATHLÉTISME C’EST QUOI ?

L’athlétisme est le socle, la base de nombreux sports. Un sport qui pousse au développement de l’individu, qui pousse à se dépasser, aussi bien physiquement que mentalement.

 

Marcher- Courir – Sauter – Lancer : Ce sont les gestes fondamentaux de l’athlétisme. Ce sont aussi des gestes de la vie courante, c’est pourquoi la première approche de l’athlétisme ne sera pas technique mais ludique. Pratiqués en nature ou dans un stade, vous pourrez réaliser dans un premier temps des activités multiformes sollicitant toutes les grandes fonctions.

Voici les différentes disciplines de l’Athlétisme :

La pratique en Salle ou sur Stade :

Les courses

C‘est le geste le plus simple, le plus naturel, le plus sain, et celui qui apporte le plus à la condition physique.

Les Courses aident à améliorer la respiration, à entretenir le cœur.
Elles mettent en action nos muscles qu’elles fortifient et aident à éliminer l’excès de poids et les toxines qui nous empoisonnent.
Il existe plusieurs familles de course :

  • Le Sprint

Courir à pleine vitesse sur une courte distance (de 50m à 400m). On parle couramment de « sprint court » (50 à 200m) et « sprint long » (400m)

  • Les Haies

C’est la même chose que le sprint à la différence qu’il y a des obstacles à franchir (les obstacles ont une hauteur qui va de 0.65m à 1.06m, selon le sexe et l’âge). On parle de « haies hautes » pour les distances inférieures à 110m et de « haies basses » pour les distances supérieures à 110m.

  • Le Fond

On peut diviser cette famille en 2 avec le « demi-fond » et le « fond ».

Le demi – fond concerne les courses longues à allure soutenue, du 800m au 3000m.

Le fond concerne les courses de 5000m et plus.


Il existe aussi une course sur piste, munie d’obstacles, comme avec les haies : c’est le 3000m steeple.

  • Les relais

Une course à plusieurs où on se passe un témoin. Les plus connus sont le 4x100m et le 4x400m, mais il existe d’autres formes de relais tout aussi sympathique.

Que l’on soit coureur de sprint pur ou bien hurdler, les départs en compétition se font avec des starting block, il s’agit de deux cales réglables sur lesquelles les athlètes prennent appui avec leurs pieds, les deux mains au sol afin d’exercer une forte poussée vers l’avant. À l’inverse sur les courses de fond, le départ se fait debout, pieds décalés.

La Marche Athlétique

Épreuve qui se déroule sur piste comme sur route. Elle nécessite les mêmes qualités organiques que le fond ; avec une technique particulière de pose de pied au sol et un passage obligatoire de la jambe tendue.

 

Les lancers

Les lancers consistent à envoyer le plus loin possible un engin de forme diverses. Il en existe 4 sortes différentes :

  • Le javelot

Un engin long et pointu, qui ressemble beaucoup à une lance (de 400g à 800g, selon le

sexe et l’âge). Pour les plus petits (6 – 11 ans), les engins de substitutions au javelot seront les vortex ou les fusées.

  • Le poids

Une sphère de fonte (de 2kg à 7.26kg, selon le sexe et l’âge). Les plus jeunes lanceront des medecines ball ou des balles lestées.

  • Le marteau

Un poids au bout d’un câble (de 2kg à 7.26kg, selon le sexe et l’âge). Même engin pour les pitchous, sauf que le poids est en caoutchou e au bout d’une corde (de 200 à 500g).

  • Le disque

Un objet rond et plat (de 0.6kg à 2kg, selon le sexe et l’âge). Ici les plus petits utiliseront des anneaux et des disques en mousse.

Le marteau et le disque sont les deux lancers les plus dangereux car la prise d’élan s’effectue en rotation. À pleine vitesse le moment où l’athlète lâche son engin peut être risqué, c’est pourquoi ces deux épreuves se pratiquent dans une cage de lancer. Si l’athlète rate son jet, l’engin sera retenu par le filet de cage au lieu d’atterrir sur la piste, sur les juges ou encore sur le public.



Les sauts

Les sauts consistent à bondir le plus haut ou le plus loin possible. Il en existe 4 :

  • La Hauteur

Sauter par-dessus une barre, toujours plus haut !

Après une course d’élan, suivie d’un appel sur un pied, l’athlète doit sauter par-dessus une barre horizontale placée en hauteur, sans la faire tomber.

Plusieurs techniques de saut existent : le ciseau, le rouleau ventral et la plus utilisée le fosbury.

  • La Perche

Sauter par-dessus une barre à l’aide d’une perche. Ça va beaucoup plus haut que la hauteur !

Toujours une prise d’élan pour commencer, avec cette fois-ci une perche dans les mains plus ou moins souple, dont l’athlètes va se servir pour franchir une barre horizontale placée à plusieurs mètres de hauteur sans la faire tomber.

  • La Longueur

Sauter dans le sable, toujours plus loin !

L’athlète s’élance et prend de la vitesse avant de prendre appuis au niveau de la planche d’appel sans mordre la plasticine (située entre 1 mètre et 3 mètres de la fosse de saut), pour atterrir le plus loin possible dans le sable.

  • Le Triple-Sauts

Non loin du saut en longueur, le triple saut est un petit peu plus technique. Après une course d’élan, l’athlète impulse au niveau d’une planche d’appel (située 7, 9, 11 ou 13 mètres du sable, selon le niveau, la catégorie et le sexe) sans mordre également et réalise un cloche pied, une foulée bondissante avant de terminer dans le bac à sable.

 

Les Épreuves Combinées

Il est possible de combiner les diverses disciplines présentées au-dessus et cet assemblage débouche sur la pratique des épreuves combinées.
Cette forme est d’autant plus intéressante qu’elle permet une pratique variée, ce qui enrichit considérablement l’activité athlétique. Le nombre d’épreuves peut varier entre 3 et 10.

Le plus courant chez les hommes, est le décathlon (10 épreuves) qui se déroule sur deux jours :

-       Jour 1 : 100m, longueur, poids, hauteur, 400m

-       Jour 2 : 110m haies, disque, perche, javelot, et 1500m.

Le plus courant chez les femmes, est l’heptathlon (7 épreuves) qui se déroule sur deux jours également:

-       Jour 1 : 100m haies, hauteur, poids, 200m

-       Jour 2 : longueur, javelot, et 800m.

La pratique hors Stade :

La course sur route

Les courses sur route peuvent être de n'importe quelle distance, mais les distances courantes sont le 5 km, le 10 km, le semi-marathon (21,097 km) et le marathon (42,195 km). L'épreuve de 100 km est une épreuve de course à pied appartenant à la famille du grand-fond. Le plus mythique des 100 km français, discipline assez confidentielle, est celui de Millau.

 

Le trail

Le trail ou la course nature est un sport de course à pied, sur longue distanceen milieu naturel, généralement sur des chemins de terre et des sentiers de randonnée en plaine, en forêt ou en montagne.

Dans une compétition de trail, le parcours est toujours réalisé sans étapes (pas d'arrêt du chronomètre), avec quelques points de ravitaillements ou repos mis en place par les organisateurs, sur un parcours balisé obligatoire.

Contrairement aux courses sur route, en trail, la distance à parcourir n'est qu'une des trois données importantes qui définissent le parcours. Les deux autres données fondamentales sont le dénivelé (le cumul de toutes les ascensions qui permet de donner le dénivelé positif total, appelé généralement le D+) et la technicité des chemins (difficultés d'approche, irrégularité et déclinaison des pentes, état des sols, présences de cailloux, etc.).

Il n'existe pas de consensus mais il est estimé généralement que 100 mètres de D+ équivalent en fatigue à 1 km de plus couru sur du plat. Par exemple, un trail de 17 km avec 400 m de dénivelé positif demandera un effort équivalent à un semi-marathon (21 km). C'est important quand il s'agit d'estimer le temps que l'on va mettre à boucler la distance totale

La notion de finisseur (finisher), ou arrivant, a également une grande importance. Ce terme désigne les personnes qui ont passé la ligne d'arrivée avant la fin du temps imparti. D'ailleurs au départ d'un Ultra-Trail, l'ensemble des participants est composé d'une centaine de coureurs aguerris surveillant le chronomètre et leur classement final, mais surtout de coureurs réguliers dont le seul but est d'être finisseur.

À l'identique des autres pratiques de course de fond (piste, route, jogging), les exercices physiques du trail sont liés à l'amélioration de la santé et au bien-être. Ils assurent la perte de poids, améliorent l’endurance, diminuent les temps de récupération, permettent d'éviter les maladies cardiovasculaires liées à l'âge et amplifient les voies respiratoires.

La marche Nordique

La marche nordique est une pratique dynamique variée de la marche classique avec l’ajout de bâtons spécifiques à la marche nordique. C’est une activité qui se pratique principalement en pleine nature en loisirs ou en compétition.

Il ne s’agit pas de randonnée avec des bâtons. La marche nordique nécessite un réel apprentissage technique afin d’effectuer le geste correctement et de pouvoir en ressentir tous les bienfaits : 90% des muscles renforcés dont le cœur, un capital osseux qui est stimulé, des articulations qui s’assouplissent, une bonne circulation du sang ainsi qu’une bonne oxygénation, un partage avec la nature et les copains, copines. Bref on se sent bien quand on pratique la marche nordique.

L’utilisation de bâton permet d’accentuer le mouvement naturel de balancier des bras pendant la marche et de propulser le corps vers l’avant, ce qui permet d’aller plus vite et de marcher plus longtemps.

Tous les renseignements sur les disciplines de l'athlétisme à lire sur le site de la FFA en cliquant sur l'image.

EAPOffa19EAPOffa19b

La suite est à lire sur le site de la FFA.

 

http://www.athle.fr/asp.net/main.html/html.aspx?htmlid=49

Voici une vidéo qui vient du site de la Fédération Française d'Athlétisme et qui donne une bonne idée de ce que l'athlétisme peut représenter pour beaucoup de gens.

Qui est en ligne?

Nous avons 93 invités et aucun membre en ligne

Statistiques

Compteur d'affichages des articles
431118

logouca2018blackNew

L'Union Club Athlétique est affilié à la Fédération Française d'Athlétisme et est une section locale de l'UAO31.